14/02/2005

Vive les lofts wallons

 
Le ministre Antoine va favoriser la rénovation des moulins et autres bâtiments de caractère. Appel aux communes!

NAMUR Batibouw est lancé. Dès le week-end prochain, la Belgique entière se rendra à Bruxelles, une brique dans le ventre, affamée de découverte.

En Région wallonne, le ministre du Logement et de l'Aménagement du territoire, André Antoine, peaufine ses projets: «Pour la première fois, nous aurons un stand qui regroupera les trois compétences du logement, de l'énergie et de l'aménagement du territoire. Le public pourra mieux comprendre la problématique. C'est primordial.»

Parmi les grands projets du ministre, il y a la disparition des chancres wallons au travers de son plan SAED, site d'aménagement économique désaffecté.

Le dossier a déjà fait du bruit au travers la dépollution des sols de ces milliers d'hectares. Un aspect où le ministre n'a pas toujours convaincu: «Nous serons évidemment prudents et nous veillerons à ce que les sites qui doivent être assainis le soient. Toutefois, on n'a pas encore abordé l'aspect logement de ce dossier. Il existe en effet de nombreux bâtiments en bon état mais qui ne sont pas utilisés. Il s'agit de larges bâtiments avec des surfaces très intéressantes. J'entends y favoriser l'apparition de lofts. C'est un produit où il y a une forte demande en Région wallonne et qui explose à Bruxelles. En plus, cela favorisera l'apparition d'une mixité sur les anciens sites entre des PME et du logement intéressant. Il y a un magnifique exemple dans la région de Dison de mixité PME-logement.»

Le ministre a par ailleurs récemment eu la visite d'une association qui souhaite sauver les moulins en Région wallonne. «Evidemment que l'on peut y faire des logements. Mon discours aux propriétaires d'anciens bâtiments industriels est clair. Unissons nos forces. Un bâtiment comme la taillerie à Val-Saint-Lambert possède une magnifique vue sur la Meuse. On ne peut peut-être plus en faire un site économique, mais on peut certainement en faire des logements de qualité. A chaque dossier, on fera évidemment attention à la problématique de la pollution liée à l'activité antérieure.»

André Antoine souhaite par-là empêcher que l'on vide les villes. «Je lance un appel aux communes pour qu'elles fassent un état des lieux et qu'elles sensibilisent les propriétaires de tels bâtiments. Je veux donner une image plus souriante à nos coeurs de ville et de village. Il est possible de faire des lofts et des appartements de qualité!»

Pour rappel, une enveloppe de 50 millions d'euros est consacrée au SAED. «A chaque fois, nous estimerons les projets sur les SAED et nous analyserons les dossiers. Il y a de beaux projets à réaliser.»

V. Li.

© La Dernière Heure 2005


07:04 Écrit par O.N.H.U. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.