15/10/2007

L APL DE L ONHU AUX NEGOCIATEURS DE L ORANGE BLEUE.....

Communiqué de Presse – A l’attention des rédactions.  L’ APL DE L ONHUAUX NEGOCIATEURS DE L ORANGE BLEUE.   

A l’entame des négociations en vue de former le futur gouvernement, l Observatoire National de l’Habitat et de l’Urbanisme tient à rappeler aux négociateurs certains des engagements promis (non tenus) par le MR et le CDH notamment,  lors des dernières élections régionales en matière d’aide au logement.

 

En effet, ces deux partis s’étaient engagés à défendre tantôt le chèque logement pour le MR, tantôt l’allocation loyer pour le CDH pendant la législature actuelle. Le PS dans l’opposition actuellement promettait la création de 5000 nouveaux logements sociaux et demande aujourd’hui la re-fédéralisation de certaines politiques.

  

Nous savons aujourd’hui, et malgré une crise du logement des plus rudes, qu’aucunes de ces promesses n’est tenue et qu’en l’état actuel, la politique du logement au niveau fédéral n’est pas une priorité.

  

Nous demandons aux partis assis à la table des négociations  de prendre  leurs responsabilités sur la thématique du logement  et de décréter l’état d’urgence par l’instauration d’un plan Marshall national et donc de reprendre sous la responsabilité fédérale dès le nouveau gouvernement en place toute la politique du logement.

 L’onhu réclame : L’instauration d’une APL (allocation pour le logement) calculée sur base des revenus (méthode française) applicable à tous les ménages dont les revenus ne dépassent pas un plafond. La suppression du taux cohabitant, véritable injustice sociale et menant à l’exclusion  de toute forme d’habitat décent.La fin des expulsions hivernales sur tout le territoire national pour tous le secteur du logement.La création d’un ministère du logement. L’ouverture d’états généraux regroupant tous les acteurs de terrains (privés, publics, associatifs etc….) afin de mettre en place des politiques adéquates et humaines traitant des véritables besoins des habitants.  

Pour l’onhu,

Thierry Balsat

                                                                                             

10:29 Écrit par O.N.H.U. dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Et pendant ce temps-là Un Belge sur sept est pauvre
En Belgique, une personne sur sept peut être considérée comme pauvre, selon un profil dressé par la Direction générale Statistique et Information économique du SPF Économie à l'occasion de la Journée Internationale pour l'élimination de la pauvreté.

La pauvreté concerne les personnes isolées dont les revenus ne dépassent pas 822 euros par mois, ainsi que les ménages composés de deux adultes et deux enfants ayant des rentrées inférieures à 1.726 euros. Presque 15 % de la population belge vit sous le seuil de pauvreté. Les femmes, les enfants de moins de 16 ans et les personnes de plus de 65 ans sont les plus touchées. Un peu moins de 87 % de la population en risque de pauvreté sont constitués de personnes inactives sur le marché de l'emploi, comme les chômeurs ou les pensionnés. Les personnes isolées et les familles monoparentales sont également sur-représentées dans la population en risque de pauvreté.

Les Belges vivant sous le seuil de pauvreté dépensent en moyenne 40 % de moins que les autres. Elles réalisent des économies sur tous les postes, surtout sur les voyages (74,9 % de dépenses en moins), les loisirs (55,8 % de dépenses en moins) et les transports personnels (61,7 % de dépenses en moins). Ces ménages dépensent également moins pour la santé (35,4 % de dépenses en moins) et les produits alimentaires (25,8 % de dépenses en moins). Seule exception: le tabac. En moyenne, les dépenses en tabac des ménages vivant sous le seuil de pauvreté dépassent de 4,5 % celles des ménages moyens.

Les pauvres sont en majorité des locataires, alors que ces derniers ne représentent que 26 % de la population belge. Trente pc d'entre eux ont des difficultés financières pour chauffer suffisamment leur logement qui est par ailleurs souvent sombre et étroit. Par ailleurs, la pauvreté semble se transmettre de génération en génération. Ainsi, plus de le moitié des pauvres sont issus de ménages confrontés à des difficultés financières et de familles où aucun des deux parents n'avaient un diplôme.

ET PENDANT CE TEMPS-LA TOUJOURS PAS DE GOUVERNEMENT ...
ET PENDANT CE TEMPS-LA LES PROMESSES DES ELECTIONS FONDENT COMME NEIGE AU SOLEIL
ET PENDANT CE TEMPS-LA.... Vous allez payer 417 euros de plus en 2008 !!!!

En raison de la hausse du prix de nombreux produits tels que le beurre, les pâtes ou le lait, ainsi que de l'augmentation des tarifs du réseau de distribution de gaz et d'électricité et du prix du gaz lui-même, un ménage moyen doit s'attendre à devoir payer 417 euros de plus en 2008.

Ce chiffre a été calculé par Test-Achats à la demande des journaux du groupe Sud Presse mardi. "Evidemment , ce chiffre est très théorique car il est calculé pour un ménage moyen, composé de 2,5 personnes", met en garde le porte-parole de Test-Achats, Jean-Philippe Ducart. Pour un ménage moyen, qui dépense chaque année 6.100 euros de produits d'alimentations, ces mêmes produits lui coûteront 140 euros de plus l'année prochaine, soit une augmentation de 3 %.

Il s'agit en général de produits de base dans l'alimentation dont l'achat pèsera donc plus lourd dans le budget des ménages à faible revenu. Outre les produits alimentaires, une hausse des tarifs du réseau de distribution de gaz et de l'électricité est annoncée, allant de 20-30 euros à 65-75 euros pour le gaz naturel. Des augmentations auxquelles il faut ajouter celle du prix du gaz, qui atteint pour un ménage moyen 172 euros. "Un ménage moyen qui se chauffe au gaz doit donc prévoir, dans son budget de 2008, 417 euros de plus pour se nourrir, s'éclairer et se chauffer", conclut le quotidien.

Écrit par : salembier | 17/10/2007

Les commentaires sont fermés.